L'Hôtel de Lisleferme

La construction de l'hôtel

Ce bel hôtel particulier fut édifié par Richard François Bonfin, architecte de la Ville, pour Nicolas de Lisleferme (1737‑1821), avocat au parlement de Bordeaux, jurisconsulte, poète et amis des arts, dont le nom est resté au bâtiment.
C'est le 6 mars 1778 que les jurats réunis en conseil, doivent délibérer sur la demande de deux des plus puissants notables de la ville : Jean Valleton de Boissière et son gendre Nicolas de Lisleferme, demande d'autorisation "de faire bâtir une ou plusieurs maisons suivant la décoration dont ils ont produit le plan, entre la salle appelée Bardineau et le Jardin public", alors Jardin royal, conçu et réalisé par Tourny entre 1743 et 1756.

L'hôtel fut achevé, semble-t-il, en 1781 et décoré aussitôt. Les boiseries du salon ovale, représentant les quatre saisons sont attribuées au sculpteur Cabirol. L'édifice avait été conçu comme un hôtel double pour le beau-père et le gendre, de part et d'autre de l'escalier central. Celui-ci est aujourd'hui déplacé côté sud.
L'hôtel Calvet, siège des Sociétés savantes, faisant le pendant à l'hôtel de Lisleferme, fut édifié plus tard, en 1851, réalisant le complément côté sud de l'arrondi de la place Bardineau, entre le Jardin public et la rue Duplessy.

L'acquisition par la ville et l'aménagement du muséum

Le 26 mai 1857 la Ville se rend acquéreur de l'hôtel de Lisleferme en vue d'y installer le cabinet d'Histoire naturelle, tandis que, en 1858, le Jardin botanique et les grands magnolias de la Chartreuse sont également transférés dans le Jardin public.
L'aménagement du Jardin public en jardin à l'anglaise avait été réalisé par Fischer en 1856.

L'hôtel de Lisleferme subit d'importantes modifications pour sa transformation en musée mais subsistent sa façade, la rampe en fer forgé originale de son escalier et le salon ovale Louis XVI. Le salon fut restauré en 1889 et à nouveau un siècle plus tard, en 1989.

C'est l'architecte de la Ville, Charles Burguet, qui réalise les plans pour l'appropriation. Après plusieurs projets, les plans sont approuvés par le conseil municipal, les adjudications se font le 3 mars 1859 et les travaux suivent.
Le déménagement et l'installation des collections, sous la direction du conservateur, le Dr Souverbie, semblent achevés en 1862.

La cour d'honneur sera couverte plus tard, en 1924, et aménagée en salle d'ostéologie inaugurée en 1932.

En 1952, le Musée de préhistoire et d'éthnographie, qui occupait les trois salles du rez-de-chaussée côté jardin depuis 1871, déménage. Les salles libérées sont affectées au Muséum.

En 1960, le Muséum est fermé durant deux ans pour la réalisation de travaux d'électricité et de chauffage.

En 1982, une inondation oblige à l'enlèvement et à la mise en réserve des collections présentées au rez-de-chaussée. Jusqu'à la fermeture pour rénovation, ces salles ont été affectées aux expositions temporaires permettant une présentation des collections selon des thématiques renouvelées.

Nicolas de Lisleferme, seigneur du Bosc (1737 -1821)

Avocat au parlement de Bordeaux, jurisconsulte, Nicolas de Lisleferme est aussi l'une des plus puissantes figures du milieu des négociants protestants de Bordeaux ainsi que de la franc-maçonnerie locale et de tous les "cercles éclairés" de la ville. Il est aussi, dès 1783, l'un des membres actifs du "Musée de Bordeaux" société fondée par Dupré de Saint-Maur) où il jouera un rôle important. Il devient aussi membre de l'Académie en 1802 et en assure la présidence à partir de 1808.
Il est dit poète tragique et lyrique et ami des arts.

Il avait épousé Jeanne-Marie Valleton de Boissière, qui mourut le 28 juin 1779 et ne vit certainement pas l'achèvement de l'hôtel.
On sait qu'en 1785, il occupait l'hôtel avec sa mère très âgée et son fils cadet. Il semble que le beau-père, Jean Valleton de Boissière, qui avait fait construire l'édifice avec son gendre, n'y aurait finalement peut-être jamais habité.
Poster un commentaire Remarque, complément d’information, suggestion... Laissez-nous un commentaire (non publié) pour nous aider à améliorer le contenu de cette page.
Souhaitez-vous obtenir une réponse ?