Le pont de pierre sans voiture

Depuis le 1er août, le pont de pierre est réservé  aux piétons, aux cyclistes et aux transports en commun. Cette expérimentation prévue pour deux mois, a été prolongée jusqu'en janvier 2018 au vu des premiers résultats.

Le pont de pierre sans voiture
Consensus pour poursuivre l'expérimentation
Le bureau de Bordeaux Métropole, réuni le 28 septembre, a annoncé la poursuite de l'expérimentation jusqu'en janvier 2018. Alain Juppé, maire de Bordeaux et président de Bordeaux Métropole, a souligné que, sur ce point, le consensus était quasi général.
Le bilan des deux premiers mois de test s'avère en effet globalement positif : montée en puissance de la fréquentation des cyclistes (9 800 / jour en septembre, 94% de cyclistes satisfaits) et des piétons (6 000 en moyenne), amélioration spectaculaire de la qualité de l'air dans ce secteur…
 Côté automobilistes, près de 3 000 véhicules / jour se sont reportés sur des modes de déplacements alternatifs. Conjugué aux ajustements de durée des feux sur certains carrefours stratégiques, cela a permis de maintenir ou réduire le temps de parcours de nombreux trajets rive droite - Bordeaux, par rapport aux périodes comparables de 2016. 

Les points de vigilance
Dans le contexte de la poursuite de cette expérimentation, plusieurs points vont faire l'objet d'une vigilance particulière. Cela concerne notamment l'impact de cette mesure sur l'activité de certains commerçants de La Bastide ou les questions de l'augmentation du trafic automobile dans le secteur sud de la rive (quai de la Souys), de la fréquentation accrue de la ligne A du tramway…
Alain Juppé a par ailleurs annoncé un renforcement des contrôles de la police municipale sur le pont de pierre.
L'expérimentation
Ce test grandeur nature va permettre d'évaluer les conséquences sur l'accessibilité du centre-ville de Bordeaux et sur la qualité de l'air.

Le constat
On notait une baisse notable de la fréquentation automobile et à une forte hausse de la circulation cycliste sur le pont de pierre. Ce pont ne représentait plus que 5% des franchissements automobiles quotidiens de la Garonne contre 73% des franchissements à vélo (7 000 vélos quotidiens environ). Malgré ce faible nombre d'automobiles les files de voitures étaient saturées en heure de pointe.
L'aménagement du pont de pierre n'est donc plus adapté aux nouvelles pratiques de déplacement. Cela conduit à des situations de conflit, voire d'accident, notamment entre piétons et cyclistes. Parmi les avantages attendus, le partage du pont entre piétons et cyclistes doit aussi améliorer le confort des uns et des autres en permettant d'optimiser l'espace dédié à chacun des modes de déplacement.

Les attentes
Selon les évaluations effectuées avant l'expérimentation, près de la moitié des automobilistes franchissant jusqu'alors le pont de pierre passeraient à un autre mode de transport. L'accessibilité en centre-ville serait ainsi améliorée puisque sur la file de 3 mètres de large du pont de pierre, il est possible de faire passer 6 fois plus de personnes en mode doux ou en transports en commun qu'en voiture.
Les bus et cars ne se retrouvent ainsi plus retardés en heure de pointe, englués dans le trafic du pont de pierre. Quant au pont Saint-Jean, franchissement sur lequel se reporteraient majoritairement les véhicules qui empruntaient jusqu'alors le pont de pierre, les conditions de circulation devraient y rester bonnes. Les modélisations réalisées montrent également une amélioration de la circulation sur le pont Jacques-Chaban-Delmas mais aussi rive droite, quai de Brazza et avenue Thiers, assortie d'une hausse modérée du trafic sur l'axe Joliot Curie et les quais rive gauche.  
Règles de circulation
  • Ne sont autorisés à la circulation que les deux roues non motorisés, les taxis, cars de tourisme, Bordeaux City Tour et bus TBM.
  • Les piétons et les joggeurs doivent rester sur les trottoirs.
  • Les vélos doivent circuler dans le bon sens sur la chaussée. Il est notamment interdit de circuler à contre-sens et de couper les voies de tram en dehors des passages prévus à cet effet.
  • Les taxis et les bus doivent respecter les cyclistes et ne sont pas prioritaires par rapport à ces derniers.
Itinéraires de substitution
Durant l'expérimentation, plusieurs solutions s'offrent aux automobilistes et aux deux-roues motorisés :
  • Emprunter le pont Saint-Jean ou le pont Jacques-Chaban-Delmas pour traverser la Garonne
  • Mettre en œuvre de nouvelles habitudes de déplacement en privilégiant un autre mode que la voiture, ou en mixant l'utilisation de la voiture à d'autres usages (train, bus, tramway, vélo personnel, V3, car, covoiturage, autopartage…).

Votre avis nous intéresse

Les usagers qui le souhaitent sont invités à s'exprimer sur cette expérimentation et à apporter avis et commentaires.
Poster un commentaire Remarque, complément d’information, suggestion... Laissez-nous un commentaire (non publié) pour nous aider à améliorer le contenu de cette page.
Souhaitez-vous obtenir une réponse ?