La Bastide

Création d'une coulée verte à la Bastide, la Brazzaligne

La Bastide
En 2010, dans le cadre des réflexions sur l'aménagement du secteur Brazza, émerge l'idée de transformer la voie ferrée s'étendant des coteaux à la caserne Bastide Niel en un espace public structurant. A l'image de l'aménagement de la friche ferroviaire High Line de New York, la Brazzaligne est née.

Le projet

Le terme  "Brazzaligne" a été inventé en 2012 suite à une visite de l'urbaniste Djamel Klouche sur le territoire. Il perçu dans le faisceau ferroviaire en friche de Brazza un potentiel exceptionnel. Faisant écho à la High line new-yorkaise, une des mutations ferroviaires en espace public les plus emblématiques au monde. La Brazzaligne s'illustrera comme la future armature paysagère de la rive droite de la métropole bordelaise.

Ce projet s'inscrit dans la continuité du développement urbain et paysager de la rive droite de Bordeaux. la Métropole accompagne les mutations foncières liées aux désaffectations progressives de grands équipements militaires et ferroviaires, à l'instar de Bastide Niel, Brazza, le Parc aux angéliques.

La Brazzaligne poursuit les objectifs suivants :
  • créer une couture paysagère
  • une intervention réversible
  • une démarche innovante

L'équipe du paysagiste Bas Smets est retenue en 2011 pour proposer un projet d'aménagement ambitieux et pragmatique de cet espace. Le projet de Brazzaligne est conçu comme une épine dorsale  permettant de créer des liens et de la porosité entre les différents secteurs du quartier. Cette coulée de verte de 3 kilomètres offrira une surface de 8 hectares aménagés suivant des principes de respect et de mise en valeur des patrimoines naturel et ferroviaire existant.

Le projet propose 3 figures paysagères, ainsi que des aménagements simples, s'échelonnant dans le temps, compte tenu notamment des conditions de mises à disposition des fonciers communaux et SNCF :
  • la plateforme elle-même : la végétalisation sera composée principalement d'essences herbacées et de quelques arbres solitaires.
  • les talus : végétalisation en diversifiant les plantations afin de renforcer la biodiversité, et lutte contre les espèces invasives.
  • les parcelles limitrophes : plantation d'arbres, dans l'esprit d'une cohabitation de ces derniers avec les réseaux et de la conservation des passages, chemins et servitudes d'accès.

Les aménagements de ces trois espaces correspondent à l'ambition d'utiliser la force de la nature existante pour accompagner la transformation du site. Dans cet esprit, le projet prévoit de conserver et de "réinventer" les éléments du patrimoine ferroviaire en place : caténaires, rails etc.

La concertation

La démarche de concertation initiée par la Ville en 2012 a permis au projet de se concrétiser. Elle se poursuit en 2018 sur la question des usages afin que tous les habitants s'approprient ce futur espace vert et ouvert, emblématique de la rive droite.

C'est ainsi que s'est tenue une réunion de concertation en tables rondes le 27 février 2018. A cette occasion, Bas Smets et les services de la ville et de la Métropole, ont présenté le projet et son calendrier de réalisation. Sur le modèle du Parc aux angéliques, la mise en œuvre du projet se réalisera par tranche sur une durée de 5 ans.
Les habitants ont ensuite participé à des échanges en tables rondes autour du thème de l'appropriation et des usages de la Brazzaligne.

Présentation et compte-rendus de concertation

Poster un commentaire Remarque, complément d’information, suggestion... Laissez-nous un commentaire (non publié) pour nous aider à améliorer le contenu de cette page.
Souhaitez-vous obtenir une réponse ?