Le sentiment de discrimination des LGBTI dans la ville

La mairie de Bordeaux s'est, depuis plusieurs années, dotée de dispositifs de veille et de diagnostic en matière de lutte contre les discriminations. A cet égard, l'actuel Observatoire bordelais des discriminations a déjà mené de nombreuses études sur le sentiment de discriminations des bordelais.es dans la ville (2014) et par quartier (2015-2017), sur les déplacements des femmes (2016) ou sur la mémoire (2017-2018). Pour l'année 2018-2019, les membres de l'Observatoire proposent de travailler sur les discriminations homophobes et transphobes dans la ville, dans trois secteurs distincts : l'espace public, les services privés ou publics, et enfin le travail.
Dans un contexte national marqué par des violences homophobes et transphobes quasi-quotidiennes (SOS Homophobe recense 1 agression tous les 3 jours depuis le début de l'année), la ville de Bordeaux se positionne en pionnière quant à la mesure de ces phénomène, en développant une étude participative avec les actrices et acteurs de la lutte contre les discriminations (associations, chercheurs, services de la mairie). En matière de prévention, la ville se dote aussi d'éléments statistiques et qualitatifs inédites en France. Cette première recherche nationale promet un éclairage innovant sur ces phénomènes discriminatoires.

Objectif et méthodes

Du point de vue méthodologique, la recherche s'engage dans une récolte de données simultanément statistiques et qualitatives. Pour le questionnaire, celui-ci épouse les contours de ceux déjà réalisés par l'observatoire afin d'assurer une continuité et une comparaison des actions dans le temps. En amont, la participation des associations de lutte contre les LGBTIphobies sur le territoire assure à la fois des relais ciblés du questionnaire et la réalisation d'entretiens avec les personnes concernées.
La recherche est dirigée par Arnaud Alessandrin et Johanna Dagorn (chercheurs en sociologie de l'Université de Bordeaux) et spécialistes des questions d'orientation sexuelle, de genre et discriminations. Le comité scientifique s'enrichit de la présence de deux chercheurs confirmés sur ces questions : Michael Stambolis et Apostolos Lampropoulos, de l'université Bordeaux Montaigne.

L'enquête a été élaborée en partenariat avec les associations de la commission LGBT+ de l'Observatoire bordelaise de l'égalité : Girofard, Collectif Sida 33, Fédération LGBT, Le Refuge, Trans 3.0, Contact, Sourds LGBT Nouvelle Aquitaine, ENIPSE, Autre Cercle, Wake Up.
Poster un commentaire Remarque, complément d’information, suggestion... Laissez-nous un commentaire (non publié) pour nous aider à améliorer le contenu de cette page.
Souhaitez-vous obtenir une réponse ?