Les imprimés

Les incunables

Miroir de la rédemption, 1er livre
illustré imprimé en France (Lyon), 1483
On dénombre 333 éditions identifiées et répertoriées dans le Catalogue de Dominique Coq publié en 1974 dans la collection de la Revue française d’histoire du Livre, sous l’égide de la Société des Bibliophiles de Guyenne.
Ausone, Opera, Venise, 1472 : 1ère éd.
Des oeuvres du poète latin (4e s.)
Issus pour la plupart des bibliothèques conventuelles de la région, ces précieux témoins de l’imprimerie naissante présentent de très beaux spécimens des ateliers parisiens et vénitiens

Les livres, du 16e siècle à nos jours

Oeuvre poétique
d'E. de La Boétie 1572
Portant l’empreinte de leur histoire, ces collections encyclopédiques reflètent la diversité et la richesse du noyau humaniste hérité de l’ancienne Académie de Bordeaux, foyer d’échanges intellectuels rayonnant dans l’Europe des Lumières.

Le dépôt littéraire constitué pendant la Révolution l’a augmenté de quelques cent mille ouvrages que le premier bibliothécaire, Jean-Baptiste Monbalon, a organisé en cinq sections méthodiques, selon le plan de classification dit des « Libraires », qui sera utilisé jusqu’au début du 20ème siècle, marqué par l’apport massif des confiscations consécutives à la loi de Séparation de l’Eglise et de l’Etat (1905).

Les premiers catalogues systématiques établis par ses soins, imprimés à partir de 1830 et complétés ultérieurement par trois volumes de suppléments pour les séries Belles-Lettres, Histoire, Sciences et Arts, permettent d’apprécier l’intérêt bibliographique et bibliophilique de ces collections.

  • Les fonds Belles-Lettres et Histoire, de loin les plus abondants, se distinguent par des raretés éditoriales. On citera, pour exemple, les spécimens issus des presses des Alde à Venise, les éditions originales d’écrivains bordelais introuvables ailleurs, les recueils de Mazarinades, les brochures révolutionnaires.

  • Les Sciences et Arts, offrent un superbe échantillon des grands traités de zoologie et de botanique ( Buffon, Redouté…), d’architecture ( Vitruve, Palladio, Perrault) richement illustrés, les éditions complètes des grandes encyclopédies (Diderot, Panckoucke…).

  • Le Fonds Théologie, en partie hérité des Jésuites, est réputé pour ses bibles polyglottes, les grands traités moraux et d’éducation du 17ème siècle, et pour les éditions rares de manifestes ou pamphlets témoins des grandes controverses religieuses (16ème - 17ème siècle).

  • La Section Jurisprudence, à l’image de l’importante activité parlementaire de Bordeaux au cours des siècles présente de nombreuses études doctrinales. Elle est renforcée par une importante collection de « factums ».
Almanach espagnol de l'année 1833.
Reliure « à la cathédrale », signée Alegria
Des dons successifs tout au long des 19ème et 20ème siècles ont favorisé le développement de ce capital, complétant les manques d’une politique d’acquisitions raisonnée, malheureusement contrainte par ses limites budgétaires. Les années 60 ont été particulièrement significatives à cet égard, avec l’arrivée des bibliothèques de trois collectionneurs bordelais c’est un accroissement quasi simultané de 80 000 volumes qui a été enregistré à ce moment-là
  • Geo Chalus : le bibliophile traditionnel, a enrichi la réserve d’exemplaires somptueux et de reliures signées du 19ème siècle (Chambolle-Duru, …).
  • Auguste Pujolle : l’amateur de littérature, a apporté les éditions originales dédicacées, d’écrivains du Sud-Ouest disparus dans la tourmente de la Grande guerre et surtout les œuvres des avant-gardistes du 20ème siècle qui, sans lui, manqueraient au catalogue de la Bibliothèque. On lui doit aussi un éventail très pertinent des revues littéraires et artistiques très éphémères de l’époque.
  • Paul Duhard : le médecin passionné d’histoire, a légué un fonds d’une harmonieuse diversité où, entre autres domaines de curiosité, se distingue une collection unique de livres sur l’avancée des sciences et des techniques de son temps, très recherchés aujourd’hui.

Les périodiques

Tourny-Noël,
revue mondaine bordelaise
de la Belle Epoque (livraison 1897)
La centaine de titres provenant de l’Académie, et ceux acquis par la Bibliothèque à ses débuts grâce à une politique de souscription active conduite auprès des imprimeurs bordelais, représentent un remarquable échantillonnage de la presse française de l’Ancien régime : 308 titres répertoriés dans le Catalogue des périodiques anciens (1600-1789) conservés à la Bibliothèque municipale de Bordeaux par Robert Granderoute, publié dans la collection Patrimoine des Bibliothèques de France, volume 2 (Bordeaux, 1987).
Le journal de Guyenne,
précurseur des quotidiens provinciaux
de l'Ancien régime
Plus de 400 autres titres anciens sont conservés dans les fonds de réserve : presse quotidienne girondine du 19ème siècle, publications de sociétés savantes, almanachs et revues littéraires et artistiques illustrés à tirage limité.
Poster un commentaire Remarque, complément d’information, suggestion... Laissez-nous un commentaire (non publié) pour nous aider à améliorer le contenu de cette page.
Souhaitez-vous obtenir une réponse ?