Les arbres à Bordeaux : vers une nouvelle dynamique

Le 7 octobre 2019, le conseil municipal a adopté un règlement de protection des arbres, qui fixe désormais les recommandations à prendre en compte pour tout travaux ou intervention à proximité. Cette mesure fait suite à l'annonce faite en juillet d'un renforcement de la politique de l'arbre mise en oeuvre depuis 2001.
La Nature en ville est au coeur des enjeux contemporains. En assurant des services écologiques majeurs (constitution d'îlots de fraîcheur, source de biodiversité, filtration des polluants atmosphériques, captation de carbone), les arbres jouent un rôle prépondérant pour contribuer à l'amélioration de la qualité de vie en ville et répondre aux enjeux de santé humaine.

Un règlement de protection des arbres

Adopté par le conseil municipal du 7 octobre 2019, un règlement de protection des arbres, accompagné d'un barème de sanction, définit les conditions de leur préservation et fixe les recommandations à prendre en compte pour tout travaux ou intervention à proximité.

Bordeaux offre aujourd'hui plus de 600 ha d'espaces verts et 46 000 arbres* disséminés sur l'espace public (hors zones naturelles). La couverture arborée publique et privée représente 13,7 % de son territoire.

Cependant, force est de constater aujourd'hui que ce patrimoine est menacé par :
  • Le vieillissement accéléré des plantations héritées du milieu du 19e siècle – début du 20e avec, notamment, le parc Bordelais, le Jardin Public et les Quinconces parmi les plus emblématiques.
  • La répétition d'évènements climatiques extrêmes qui fragilise le patrimoine. Plus largement, les prédictions sur le climat futur induisent des incertitudes très importantes sur la palette végétale et l'adaptation des essences actuelles.
  • L'émergence de nouvelles maladies et l'apparition de ravageurs liées au contexte des évolutions climatiques et des échanges de marchandise à grande distance.
  • Les dégradations subies par les arbres à l'occasion de travaux à proximité, de manifestations diverses, de dégradations volontaires ou de pollutions accidentelles.
Ces menaces associées à la forte augmentation du nombre d'arbres attendus dans le futur rendent nécessaire la mise en place d'outils de protection des arbres existants.

L'objectif du règlement de protection des arbres est de sensibiliser tous les acteurs sur la valeur du végétal, sur la nécessité de le protéger et de sanctionner ceux qui ne respecteraient pas les conditions techniques prescrites.
 

En téléchargement

Plan Canopée et Comité de l'arbre

Le 8 juillet 2019, le conseil municipal de Bordeaux a adopté un voeu à la majorité, portant sur les créations d'un Plan Canopée et d'un Comité de l'arbre, regroupant de nombreuses actions. L'objectif est de renforcer la politique de l'arbre mise en oeuvre depuis 2001, d'augmenter la proportion de surfaces boisées et de gérer le patrimoine arboré de la ville en conciliant surveillance, préservation des arbres, diversification de la palette végétale et sécurité des populations.
 
  • Sanction du non-respect par les professionnels de la réglementation relative à la protection des arbres et sanction des dégradations commises sur les arbres situés en zone de travaux ou de chantiers (mesure adoptée par le conseil municipal du 7 octobre 2019)
  • Plan Canopée : 3 000 arbres plantés par an (contre 1 000 aujourd'hui) conduisant à 20 000 arbres plantés d'ici 2025.
  • Réaménagement de l'espace public pour lutter contre les îlots de chaleur : une réflexion est menée quant à la végétalisation de divers lieux de la ville : Pey Berland, Saint Projet, Ravezies, allées Serr ou rue Sainte Catherine.
  • Création d'un Comité de l'Arbre rassemblant différents acteurs (associations, experts, citoyens, élus, services).
  • Développement des zones de protection via les espaces boisés classés et les arbres isolés protégés supplémentaires.
  • Lutte contre l'artificialisation des sols : exemple îlot Bourbon-Faïencerie aux Bassins à Flot.
  • Développement de la pédagogie et de la communication préalable autour des enjeux patrimoniaux des arbres et sur les motifs des suppressions, visant principalement à assurer la sécurité des citoyens.


(*) Le chiffre de 46 000 arbres englobe celui de la base de données (36 500) et l'estimation du nombre d'arbres plantés dans nos espaces boisés : Berges du Lac de Bordeaux et Bois de Bordeaux notamment. Ce chiffre est donc objectif voire plutôt sous-estimé. Il ne comprend pas les arbres des berges de Garonne, très arborées par endroits.
Ces informations vous ont-elles été utiles ?
Remarque, complément d'information, suggestion... Laissez-nous un message pour améliorer le contenu de cette page.
Souhaitez-vous obtenir une réponse ?