La méthode de recensement de terrain

Le recensement a pour objectif de déterminer le statut des immeubles dans la réglementation.
Il permet de distinguer les ensembles d'immeubles, les édifices et les espaces libres qui devront être préservés, de ceux qui pourront être soit maintenus, soit remplacés et de définir les conditions de leur évolution.
Cette classification s'appuie sur l'identification et l'évaluation de l'intérêt patrimonial des immeubles et des ensembles urbains du périmètre.

La méthode

Les équipes d'architectes, chargées de l'enquête de terrain, parcourent les rues de Bordeaux pour identifier et photographier les édifices et espaces libres, visibles depuis l'espace public, ainsi que les ensembles urbains.

Identifier le patrimoine urbain implique de considérer, parallèlement, des entités architecturales mais aussi des ensembles d'intérêt, car ces derniers assurent la continuité des tissus. Ils constituent la "toile de fond" du paysage ordinaire de la ville.
Aussi, le relevé se fait simultanément à différentes échelles (parcelle, rue, îlot, quartier).

Une grille de relevé a été spécialement conçue pour réaliser une fiche pour chaque immeuble identifié. Ces fiches reprennent de manière synthétique les principales caractéristiques architecturales et urbaines des édifices et leur intérêt patrimonial.

Les critères

L'intérêt des immeubles est déterminé par une combinaison de critères et la reconnaissance de l'importance du contexte dans lequel est situé chaque ensemble ou immeuble.
En effet, l'intérêt de la ville de pierre tient à l'existence d'ensembles d'architectures, constitués depuis le Moyen Age et jusqu'à la deuxième guerre, qui forment des paysages urbains variés : faubourg, centre ville, quartier résidentiel de la petite banlieue L'intérêt de ces architectures est d'autant plus important qu'elles appartiennent à des ensembles. Ces ensembles reflètent la stratification des tissus, leur histoire et la richesse des relations entre architectures et paysage urbain.
Ainsi, l'intérêt d'un édifice ou d'un espace libre peut tenir à sa valeur propre, à sa valeur urbaine ou à la combinaison des deux.

Identification de l'intérêt urbain
Si le recensement est réalisé à la parcelle &– seule méthode fiable &– la valeur des architectures est également estimée en prenant en compte la façon dont ils contribuent à la qualité du paysage urbain.
Un édifice ou d'un espace libre présente un intérêt urbain lorsqu'il participe à une séquence architecturale ou une figure urbaine.
Les séquences architecturales sont des ensembles solidaires dont la cohérence dépend des rapports qui lient entre eux les édifices, par leur implantation, leur gabarit, leur mode constructif, la composition de leurs façades ou la répétition de différents ornements.
Les figures urbaines sont des fragments de paysage présentant une cohérence morphologique aux multiples variations.
L'intérêt urbain peut également résider dans l'effet produit par l'édifice dans le paysage urbain, qu'il marque un angle, une perspective ou un contrepoint dans le paysage urbain.

Identification de l'intérêt architectural
Une grande partie de l'emprise bâtie de la ville de pierre est occupée par des architectures ordinaires. Les canons de l'architecture savante ne sont donc pas sollicités.
Les paramètres dont il convient de tenir compte sont plutôt :
  • l'articulation et la composition des volumes et leur implantation
  • les propositions réglant les rapports entre les parties de l'édifice, les pleins et les vides
  • les rapports entre structure constructive, ordonnancement et ornement
  • l'adéquation entre forme, fonction et statut de l'édifice

C'est la qualité de ces paramètres qui détermine l'intérêt architectural.

Intérêt des espaces libres

Les mêmes considérations s'appliquent aux espaces non bâtis, leur superficie peut également être un critère significatif, au regard de leur rareté dans les tissus anciens.

Intérêt scientifique et culturel

Un immeuble peut être reconnu &– indépendamment de son intérêt urbain ou architectural &– pour son intérêt scientifique et culturel car lié à un évènement signifiant pour la Ville ou la science.

Importance du contexte

Les mesures de protection qui en découlent ne dépendent pas seulement de l'évaluation de l'intérêt de l'édifice ou de l'espace libre mais également de l'environnement dans lequel il s'inscrit.
Si l'intérêt de l'immeuble est déterminant, la nécessité de le préserver est appréciée par le rapport de l'immeuble au contexte. L'appartenance à un ensemble peut être notamment essentielle pour conserver des immeubles d'intérêt relatif.
A l'inverse, l'identification d'un secteur de projet urbain peut justifier que des immeubles d'intérêt ne soient pas nécessairement conservés.
Poster un commentaire Remarque, complément d’information, suggestion... Laissez-nous un commentaire (non publié) pour nous aider à améliorer le contenu de cette page.
Souhaitez-vous obtenir une réponse ?