Le plan hiver

La mairie de Bordeaux, en lien avec la préfecture de la Gironde, renforce son action pour faire face aux besoins d'accueil et d'hébergement des personnes sans abri durant la période hivernale.

En Gironde, le plan hivernal repose sur des capacités d'hébergement gérées par le 115, un dispositif de veille sociale, la mobilisation des municipalités, en particulier de la ville de Bordeaux où se concentrent près de 70% des places d'urgence pérennes, et l'implication des associations.

Trois niveaux de mobilisation

Le dispositif hivernal prévoit trois niveaux de mobilisation :
  • Niveau 1 "temps froid" : lorsque les températures de jour et de nuit sont comprises entre -5° et -10° ;
  • Niveau 2 "temps de grand froid" : lorsque les températures de jour et de nuit sont négatives au moins trois jours et comprises entre -10° et -18° ;
  • Niveau 3 "froid extrême" : lorsque les températures de jour et de nuit sont inférieures à -18°.

La décision de passer d'un niveau à un autre relève de l'appréciation de l'autorité préfectorale et entraîne la mobilisation de moyens complémentaires (capacités d'accueil supplémentaires, renforcement des équipes mobiles…).

Appelez le 115 !

Si vous voyez une personne sans domicile fixe dans la rue dont l'état de santé nécessite une prise en charge sanitaire, composez le 115.

Ce service informe et oriente les personnes en situation d'urgence sociale, en matière d'hébergement d'urgence, d'accès aux soins et à l'hygiène, d'aide alimentaire, d'accès au service sociaux sur toute la Gironde. En cas d'urgence, les opérateurs du 115 peuvent également appeler des secours (pompiers, Samu) pour venir en aide aux appelants.
Il convient cependant de constater que le 115 compte de nombreux refus par jour à des demandes d'hébergement faute de places. 
  • Le 115 Service d'écoute et d'urgence sociale gratuit (numéro vert) ouvert 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.

Les autres services

Le Samu social : dispositif mobile assuré par Le Prado 33. Ses véhicules permettent une intervention dans tout le territoire de Bordeaux métropole suivant les signalements des personnes en difficultés (via le 115) mais aussi pour aller voir des personnes connues en situation d'urgence sociale et qui ne fréquentent pas ou très rarement les centres d'hébergement ou accueils de jour. Les personnes malades sont accueillies au foyer Simone Nouailles.

Une équipe mobile spécialisée en psychiatrie accompagne les maraudes du Samu social et assure au sein des structures d'accueil et d'hébergement des consultations psychiatriques, de dépistage et d'orientation. Ce service, géré par le centre hospitalier Charles Perrens, est chargée d'améliorer, en coordination avec le dispositif social et médicosocial existant, la prise en charge des pathologies psychiatriques avérées qui sont très fréquentes parmi les publics en situation de grande précarité.

Les accueils de jour : gérés par Emmaüs, les Restos du Coeur, le Réseau Paul Bert, Le Secours catholiquele Secours Populaire français, la Croix-Rouge française

La bagagerie, rue Ausone, permet aux personnes sans domicile de déposer leurs affaires personnelles en toute sécurité et de disposer d'un accueil de jour permettant notamment une orientation adaptée. 50 casiers sont à disposition. Elle est gérée par le CAIO (centre d'accueil, d'information et d'orientation des personnes en errance).
La Halte 33
La Halte 33
La halte de nuit, gérée par la Halte 33, est un lieu d'accueil situé dans les locaux du Centre communal d'action sociale avec la collaboration du Diaconat de Bordeaux, du Foyer fraternel, du Secours catholique et de Médecins du monde. Il s'adresse aux personnes fragilisées ne fréquentant pas habituellement les structures d'hébergement traditionnelles.


Une distribution alimentaire 7j/7 : colis et repas, à Bordeaux, grâce à un réseau associatif particulièrement actif coordonné par le Centre communal d'action sociale : Pain de l'amitié, Restos du coeur, Foyer Fraternel, Terre promise, Secours populaire, Secours catholique, Croix Rouge... Mais aussi des soins (Médecins du monde, PASS du CHU...), des cafés sociaux (Réseau Paul Bert, Asais, Hom'âges...).
Places en structures d'accueil :
  • 906 permanentes en Gironde dont une grande partie sur Bordeaux et la Métropole.
  • Renfort de 185 places prévu pour la période hivernale.

En cas de plan grand froid, des salles type gymnase peuvent également être mobilisées par la préfecture.

Droit au logement opposable

Le traitement de l'urgence sociale se fait toute l'année. Toute personne accueillie dans une structure d'hébergement d'urgence peut, dès lors qu'elle le souhaite, y demeurer jusqu'à ce qu'une solution d'hébergement adaptée à sa situation lui soit proposée (loi sur le droit au logement opposable, dite loi Dalo).
Poster un commentaire Remarque, complément d’information, suggestion... Laissez-nous un commentaire (non publié) pour nous aider à améliorer le contenu de cette page.
Souhaitez-vous obtenir une réponse ?