Commission de viographie

Nouvelles rues, places, espaces et bâtiments publics à Bordeaux : quels sont ces noms qui y figurent ? Comment sont-ils choisis ?
Le Conseil municipal de Bordeaux approuve plusieurs fois par an la dénomination de nouveaux espaces et équipements publics liés, notamment, au développement de nouveaux quartiers.

Ces dénominations sont issues des propositions émises par une commission consultative extra-municipale, dite "Commission de viographie" qui a pour mandat de guider le Conseil municipal sur les noms à attribuer.
Au-delà de ces recommandations, la liberté de choix du Conseil Municipal est encadrée par des usages bien établis et par une règlementation associée à l'adresse, enrichie par la jurisprudence.

La viographie ou toponymie n'est pas un sujet anodin : c'est un acte politique, une mission essentielle, permettant d'inscrire sur le territoire, dans la durée, l'histoire et les mémoires, qui font les identités de notre ville et les archives de demain.

Il s'agit également d'un enjeux d'intérêt général car la viographie s'inscrit plus largement dans une démarche d'adressage qui facilite les missions de service public. Une adresse normée permet à l'ensemble des administrés de bénéficier du même service sur l'ensemble du territoire de la ville grace à une localisation précise. L'adresse est une donnée utilisée au quotidien par les citoyens et par les nombreux opérateurs publics ou privés qui permet notamment une rapidité d'intervention des services d'urgence, une visibilité économique et démographique, l'acheminement des courriers et des colis...
La publication numérique d'une base d'adresse locale en open data facilite la fiabilité de la cartographie et de la navigation GPS.

L'instruction des dénominations

La dénomination s'appuie sur des critères de recevabilité qui doivent permettre de répondre à plusieurs conditions :
  • outre un intérêt public local, respecter les principes de neutralité du service public et de poursuite de l'intérêt général
  • être en lien avec l'histoire récente ou ancienne, ou les mémoires (la Résistance, le passé industriel de certains sites...)
  • être en lien avec les choix précédemment faits sur un quartier (par exemple les dénominations sur la thématique du vin ou de la vigne)
  • être en lien avec les projets d'aménagement en cours et à venir en souhaitant donner une identité à un nouveau quartier
  • prendre en compte l'attractivité et la visibilité de la voie et de l'équipement. Les choix sont différents selon l'importance de la voie (boulevard, rue, allée, sente...) ou ses usages (habitation ou simple passage). 

Ainsi, il s'agit de mettre en valeur la géographie locale, l'héritage emblématique des quartiers et d'honorer la mémoire de personnalités en raison de leur contribution éminente à l'Histoire, à la grandeur de notre pays, ou qui se sont illustrées dans le domaine des sciences, des arts, des lettres, du sport...
Certaines personnalités ont un lien avec notre ville, d'autres sont choisies en considérant leur parcours, les idées ou les valeurs qu'elles ont portées, ou encore leur dimension internationale.

Ces différentes conditions s'appliquent autant pour la dénomination des voies et équipements publics que pour la dénomination des voies privées. Les noms de ces dernières émanent le plus souvent des porteurs de projet (aménageurs, promoteurs) et il revient au Maire de se prononcer sur les propositions par simple courrier. De fait, dans la majeure partie des cas, les porteurs de projet sollicitent la Ville pour qu'elle fasse des propositions.

Les dénominations susceptibles de produire des troubles à l'ordre public ou aux bonnes moeurs sont écartés, les homonymies et les libellés trop longs évités. Les hommages sont décernés aux personnes physiques décédées depuis au moins cinq ans, sauf proposition exceptionnelle émanant du maire.
Il est par ailleurs évité de débaptiser une voie car les anciennes appellations restent utilisées de longtemps  par les habitants, ce qui est source de confusion.

Chaque dénomination proposée est accompagnée, selon le cas, d'une note historique, biographique ou d'éléments explicatifs.

Les missions de l'administration municipale

L'administration est chargée de :
  • enregistrer et accuser réception des demandes de dénomination
  • tenir à jour la liste des demandes d'hommage
  • procéder aux recherches biographiques et instruire ces demandes en étroite relation avec les mairies de quartier, le service de l'urbanisme...
  • organiser les réunions de la Commission viographie : convocation, comptes rendus, transmission au Conseil municipal et diffusion aux administrations et organismes concernés.
Après délibération du Conseil municipal :
  • envoyer au Centre des Impôts Foncier (CDIF) la liste alphabétique des voies dénommées pour l'obtention d'un code Rivoli d'identification et de classification de ces voies, conformément à la règlementation. Par la suite, transmission du numérotage des immeubles ainsi que leurs modifications
  • faire suivre le retour du CDIF aux mairies de quartier pour la mise en place de la plaque et, éventuellement, d'une inauguration sur site
  • informer le demandeur par écrit une fois la voie ou le bâtiment dénommé
  • tenir à jour la liste des dénominations de Bordeaux

L'implication des citoyens

Les propositions de noms émanent également de particuliers, descendants de personnalités, élus, associations, comités de quartiers, ateliers citoyens...
Par exemple, le quartier de La Bastide a vu ces dernières années la création de nouvelles voies dont la dénomination est le fruit d'un travail collaboratif sur la base d'appels à idées menés en réunions publiques, relayés sur les réseaux sociaux.

Une féminisation des noms de rues

Pendant très longtemps, les femmes ont été à la fois moins visibles et moins présentes dans l'Histoire et dans ce qu'on a retenu comme étant l'Histoire. Ceci explique l'important écart qui existe entre les plaques portant des noms d'hommes et celles honorant des femmes célèbres, au bénéfice du masculin.

Depuis plusieurs années, la ville de Bordeaux oeuvre pour l'égalité entre les hommes et les femmes. Cette action concerne également les dénominations de voies et d'espaces publics. De nombreuses personnalités féminines méritent une pleine reconnaissance de leur apport à l'histoire de Bordeaux ou notre région, voire au-delà, mais aussi à travers la science, les arts, les lettres ou le sport.
Au cours de l'année 2018, la Commission a proposé 85 nouvelles dénominations, dont 11 personnalités masculines et 30 féminines. 

Les dernières dénominations

Vous trouverez les noms attribués sur l'année passée dans les différentes délibérations du Conseil municipal

Quelques références bibliographiques

Deux ouvrages permettent de connaître l'origine des noms des voies publiques à Bordeaux :
  • Le nouveau viographe de Bordeaux - Guide historique et monuments des rues
    Robert Coustet, Éditions Mollat, 2011
  • Dictionnaire des rues de Bordeaux
    Annick Descas, Éditions Sud Ouest, 2008
Ces informations vous ont-elles été utiles ?
Remarque, complément d'information, suggestion... Laissez-nous un message pour améliorer le contenu de cette page.
Souhaitez-vous obtenir une réponse ?