ALERTE POLLUTION - 17/10/2016 18h15 - Un épisode de pollution atmosphérique aux particules en suspension (PM10) est prévu pour la journée du mercredi 18 octobre ► En savoir plus sur le site Atmo

Le recensement du paysage architectural et urbain



Afin de se doter d'un document d'urbanisme performant sur l'évolution de son patrimoine, la Ville de Bordeaux réalise, depuis septembre 2004, un recensement du paysage architectural et urbain.

Bordeaux possède un patrimoine urbain d'une grande qualité et la Ville a souhaité inscrire dans le Plan Local d'Urbanisme communautaire (PLU) des dispositions réglementaires assurant la préservation et la mise en valeur de ce patrimoine.
Sur près de 40 000 parcelles, ce recensement permet de distinguer les immeubles, séquences bâties ou espaces verts qui doivent être préservés de ceux qui peuvent être, soit maintenus, soit remplacés, par des constructions nouvelles intégrées dans leur environnement.
Il permet ainsi la préservation de la qualité urbaine et patrimoniale fixée dans le Projet d'aménagement et de développement durable.
 

Quel périmètre est concerné ?

Le recensement concerne le territoire de la Ville de pierre, soit 1 400 hectares.
Il s’étend en dehors du secteur sauvegardé jusqu’à la ceinture des boulevards et au-delà, à Caudéran, Saint-Augustin et La Bastide.

A ce jour 80% de l'aire d'étude est recensée.

Périmètre du recensement architectural 2014

Qui réalise cette mission ?

La mission recensement se compose d'un chef de projet (architecte) qui encadre une équipe d'architectes et de techiniciens (historien, cartographe...). Un expert en matière de gestion du patrimoine des villes anciennes assure l’assistance à la maîtrise d’ouvrage de cette mission.
L’équipe travaille en étroite relation avec le service du Projet urbain, au sein de la Direction de l'urbanisme. Elle est accompagnée dans l'exécution de sa mission par le service régional de l'Inventaire et elle bénéficie du soutien financier de la DRAC.

Comment se déroule le recensement ?

Le travail s'organise en plusieurs étapes. Le relevé de terrain quotidien est associé à un travail documentaire historique et morphologique sur la formation des quartiers et le caractère des architectures. Les données récoltées sont ensuite versées dans une base de données géoréférencée.
Cette connaissance fine du territoire permet d’élaborer un règlement à la parcelle, fixant des mesures de protection adaptées des bâtiments et des espaces libres, ainsi que l’occupation au sol et la hauteur des constructions nouvelles.
Poster un commentaire Remarque, complément d’information, suggestion... Laissez-nous un commentaire (non publié) pour nous aider à améliorer le contenu de cette page.
Souhaitez-vous obtenir une réponse ?