Lutte contre les moustiques

A NOTER

Le moustique tigre est présent à Bordeaux et fait l'objet d'une surveillance renforcée car il peut, dans certaines conditions très particulières, être vecteur des virus de la dengue, du chikungunya et zika.
Si vous pensez avoir vu un moustique tigre, vous pouvez signaler sa présence via un formulaire en ligne, idéalement en y joignant une photo.

Il existe de nombreuses espèces de moustique dans notre région, chacune à ses spécificités : taille, distance de vol à partir du gite larvaire, période d'activité, nuisance… mais toutes ont besoin d'eau stagnante pour se développer car leurs larves sont aquatiques. Selon l'espèce, l'eau doit être salée, saumâtre ou douce plus ou moins riche en matière organique. Selon l'espèce également, la ponte se fait directement sur l'eau ou sur des zones provisoirement asséchées, dès la remise en eau et si la température le permet, les oeufs éclosent et les larves se développent. Adultes, mâles et femelles se nourrissent de nectar, seules les femelles piquent car elles ont besoin de sang avant chaque ponte. La végétation présente la grande majorité des gîtes de repos.    

Depuis toujours les habitants des communes subissent la nuisance plus ou moins importante, selon leur situation géographique, des espèces de moustiques autochtones issus des zones humides (marais, canaux d'irrigation, prairies et sous-bois inondables, fossés, ...) ainsi que celle du moustique commun ou moustiques des villes (Culex Pipiens) dont les gites larvaires sont en grande partie les mêmes que ceux du moustique Tigre (Aedes Albopictus), nouvellement implanté dans le département.

Le moustique "commun"

Il mesure de 5 à 7 mm . Il pond directement sur l'eau. Les larves se développent (7j) dans tous les points d'eau stagnante chargée en matières organiques, dès le printemps et jusqu'en automne. En ville la température de l'eau de certains gites (caves ou vides-sanitaires inondés, anciennes fosses vidangeables...) permet le développement des larves du moustique commun toute l'année. L'adulte vit maximum 60 jours, il se déplace peu de son lieu de naissance (~150m) Il pique le soir et la nuit à l'intérieur et à l'extérieur. C'est lui qui vous empêche de dormir.

Le moustique tigre

Le moustique tigre
Il est plus petit que le moustique commun. Il pond au sec à la limite de l'eau, principalement dans des micros gîtes pouvant contenir très peu d'eau. Il répartit sa ponte sur plusieurs gîtes. A la remise en eau les oeufs éclosent et les larves se développent (7j), adulte max 60j. Il se déplace peu de son lieu de naissance (~100m), On l'entend peu, il vole bas, pique plusieurs fois pour faire son repas de sang, surtout aux jambes.
Sa piqure est douloureuse. Il pique toute la journée avec un pic d'activité le matin et en fin d'après-midi, pas la nuit et peu à l'intérieur des habitations. Dans des conditions très particulières il peut transmettre la Dengue, le Zika et le Chikungunia.
 

Pour lutter contre ces moustiques, privons les d'eau !

Plus de 80% des gîtes larvaires du moustique commun et du moustique tigre se situent dans les propriétés privées, ils sont créés par la main de l'homme. Il est essentiel que chacun chez soi supprime ou rende inaccessibles tous les gîtes larvaires potentiels. C'est la solution la plus efficace pour lutter contre les moustiques des villes. Elle a l'avantage d'être préventive, souvent simple, définitive, respectueuse de l'environnement et des personnes et c'est la plus économique. Avec l'implication de chacun, la nuisance du moustique tigre qui fait maintenant parti de notre paysage sera supportable et le risque sanitaire fortement réduit. Le moustique urbain autochtone « Culex Pipiens » sera également moins présent puisqu'il partage de nombreux gites communs.

Les conseils

Vider
Vider une fois par semaine
  • Coupelles sous pots de fleurs ou mettre du sable
  • Pots avec réserve d'eau
  • Gamelles pour animaux
  • Pied de parasol
  • Bâches de mobilier de jardin 
  • Eléments décoratifs pouvant contenir de l'eau (nains de jardin…)
  • Pluviomètres en plastique
Jeter
Jeter
  • Encombrants et déchets de jardins
  • Boites de conserve
  • Pots en verre
Ranger
Ranger à l'abri de la pluie et/ou des irrigations
  • Seaux et arrosoirs
  • Outils de jardinage, brouettes
  • Poubelles
  • Jouets
  • Pneumatiques
Couvrir
Couvrir complètement avec un tissu ou un voilage moustiquaire
  • Récupérateurs d'eau de pluie ou cuves
  • Fûts divers 
  • Tous réceptacles d'eau via les chéneaux de la maison ​
  • Tuyaux d'évent des fosses videangeables
Curer
Curer pour faciliter l'écoulement des eaux
  • Siphons d'éviers, de lave-mains extérieurs, de fontaines
  • Bondes d'évacuations extérieures, regards
  • Rigoles couvertes avec grille
  • Caniveaux et drainages
  • Gouttières et chaineaux
Entretenir
Entretenir
  • Piscines (veiller au bon dosage du chlore ou vider si inutilisées)
  • Pièges à sable
  • Pompes de relevage
  • Regards et bornes d'arrosage
  • Bassins d'agrément (mettre des poissons type "Gambusie")
 

Attention aux terrasses sous dalles où l'eau stagne souvent, au cimetière où les réceptacles pouvant contenir de l'eau sont nombreux.
Assécher les caves et vides-sanitaires inondés.

Contact

La municipalité ne recourt pas aux campagnes de démoustication de confort anti adultes car elles sont interdites en ville. De plus elles sont inefficaces dans le temps et présentent des risques pour l'ensemble des autres insectes faute d'adulticide sélectif.

Toute l'année, des agents du centre de démoustication de Bordeaux Métropole spécialisés dans la lutte contre les moustiques interviennent sur les espaces publics. Chez les particuliers, à leur demande, l'action consiste principalement à rechercher les gites larvaires potentiels et conseiller sur les mesures à prendre.

Rendez-vous sur le formulaire de signalement mis à votre disposition par Bordeaux Métropole : formulaire.bordeaux-metropole.fr/moustique  
L'ensemble de la population peut participer à la surveillance du moustique tigre afin de mieux connaître sa répartition. Il s'agit d'une action citoyenne permettant ainsi de compléter les actions mises en place.  

Plus d'informations

Vous pouvez également consulter le site de l'Agence Régionale de Santé.    
Ces informations vous ont-elles été utiles ?
Remarque, complément d'information, suggestion... Laissez-nous un message pour améliorer le contenu de cette page.
Souhaitez-vous obtenir une réponse ?