ALERTE MÉTÉO - 30/04/2017 - 10h - 0rages parfois violents à la mi-journée donnant des rafales de vent pouvant dépasser 100 km/h, des chutes de grêle, et des averses de forte intensité. Soyez prudents.
Grand Parc - Paul Doumer

Jardin botanique du Jardin public

Chartrons - Grand Parc - Jardin public
Environ 2 500 plantes, acclimatées, originaires de très nombreux pays tels que : la Chine, l'Australie, le Japon, l'Indonésie, le Méxique... sont répertoriées selon une ancienne classification.
Autrefois, grâce aux explorateurs et aux voyageurs qui ramenaient des plantes des pays étrangers, les gens pouvaient découvrir des végétaux sans se déplacer.
place Bardineau
33000 Bordeaux
Horaires
En été : tous les jours de 8h00 à 20h00.
En hiver : tous les jours de 8h00 à 18h00.

Accès et Transports

Un jardin musée

L’idée d’un jardin botanique à Bordeaux remonte à 1629, mais ce n’est qu’un siècle plus tard que la Jurade autorise la création d’un enclos avec la complicité de deux médecins qui souhaitaient disposer de plantes médicinales pour leur enseignement et la formation des futurs apothicaires. Pendant près d’un siècle, le jardin botanique change quatre fois de place. En 1858, on lui trouve enfin un emplacement à l’intérieur du Jardin public, dont il complétera l’aspect scientifique.

Parmi les botanistes les plus réputés attachés à cette institution Jean-François Latterade, directeur du jardin et fondateur de la célèbre Société linnéenne de Bordeaux, une des plus anciennes au monde

Sur un demi-hectare, près de trois mille espèces végétales annuelles et vivaces sont présentées par famille selon l’ordre phylogénétique et d’après la classification de A. Engler.
L’été, au détour d’une allée, on peut voir fleurir l’exubérante Erythrina crista-galli, appelée aussi érythrine crête-de-coq. Cette légumineuse originaire des environs de Rio au Brésil se cultive comme une vivace sous nos climats, à condition de la protéger l’hiver. Autres curiosités, le Cotoneaster glaucophyllus, originaire du Yunnam, et cultivé en France depuis 1914 ; l’Evodia henryi Dode, introduit par le botaniste irlandais Auguste Henry ; un camphrier, un plaqueminier de Virginie, le parrotie de Perse, un oranger des Osages, un cedrelle de Chine.

Voir aussi

Organisme(s) hébergé(s)
Poster un commentaire Remarque, complément d’information, suggestion... Laissez-nous un commentaire (non publié) pour nous aider à améliorer le contenu de cette page.
Souhaitez-vous obtenir une réponse ?