urbanisme

Premiers travaux de restauration des digues sur la rive droite

Bordeaux Métropole vient d'achever les travaux de confortement des digues situées sur la rive droite de la Garonne, sur les communes de Bordeaux, Bouliac et Floirac. Ce chantier constitue la première phase du Programme d'Action de Prévention des Inondations (PAPI) qui prévoit la restauration des digues sur les secteurs urbains vulnérables.
Quatre grandes opérations sont prévues pour la réhabilitation d'un linéaire de 36 km de digues.

Une première phase de travaux à hauteur de 20 M€

20 M€ ont déjà été investis afin de pérenniser les ouvrages de protection existants de Bouliac / Latresne à Bordeaux / Lormont, soit un linéaire de 10 km. Pour dimensionner les digues, l'événement de référence est la tempête de 1999 plus une possible élévation du niveau des océans de 20 cm.
Jusqu'en octobre 2018, plusieurs types de travaux ont été réalisés en fonction de la configuration de la berge : confortement des talus sous-fluviaux en pied de berges par la mise en place de "rideaux métalliques" constitués de palplanches et de pieux, aménagement du corps des digues existantes incluant la réparation des fissures et l'aménagement paysager (transformation de la piste cyclable en voie verte) ainsi que la recolonisation végétale afin de conforter les berges naturelles.



Ces travaux de prévention du risque d'inondation fluviomaritime sont d'autant plus essentiels qu'ils intéressent directement 26 000 habitants et 14 000 emplois localisés sur la rive droite. Ce secteur posséde par ailleurs un fort potentiel de développement économique et urbanistique.

L'estuaire de la Garonne constituant un espace naturel exceptionnel, classé Natura 2 000, les équipes ont travaillé à partir de pontons nautiques afin de préserver les milieux naturels et de limiter l'impact écologique sur les berges.

Plus de 70 M€ de travaux à l'échelle du PAPI

Le périmètre du PAPI s'étend de l'embouchure de l'estuaire de la Gironde jusqu'aux communes de Cadujac et Latresne sur la Garonne et Saint-Vincent-de-Paul et Cubzac-les-Ponts sur la Dordogne.

Le coût total du PAPI, porté par le Syndicat mixte pour le développement durable de l'estuaire de la Gironde, s'élève à 70,6 M € TTC pour la partie girondine.
Il bénéficie notamment de la participation financière de Bordeaux Métropole (25M€), de l'Etat (23M€), du SPIPA (16M€) et de l'EPA Bordeaux-Euratlantique (3,3 M€).
L'ensemble des travaux devraient être achevés à l'horizon 2021.
Poster un commentaire Remarque, complément d’information, suggestion... Laissez-nous un commentaire (non publié) pour nous aider à améliorer le contenu de cette page.
Souhaitez-vous obtenir une réponse ?