Chronique d'une candidature

Bordeaux devait positionner sa candidature dans la catégorie Ensemble urbain exceptionnel
Présenter sa candidature au patrimoine mondial de l’Unesco est un travail de longue haleine, nécessitant concertations et échanges avec les partenaires locaux et l’État, mais aussi scientifiques, historiens, architectes, urbanistes.

Dès 2003, la Ville met en place des instances de réflexion, sous la présidence de l’élue en charge du patrimoine. Très rapidement, il est apparu que, du fait de son histoire, de son architecture et de son urbanisme, Bordeaux devait positionner sa candidature dans la catégorie "Ensemble urbain exceptionnel" et qu’à ce titre il était indispensable de proposer un périmètre certes ambitieux mais significatif et cohérent allant de la Garonne (le port de la lune) à la ceinture des boulevards.

Les comités scientifique, technique et de pilotage constituent un dossier, qui est déposé au ministère de la Culture en décembre 2005. Après examen et sélection parmi d’autres candidatures, le ministère le transmet au Centre du Patrimoine mondial à Paris, en janvier 2006.
Des experts ont étudié avec attention les moyens mis en oeuvre pour la gestion et la conservation d'un bien aussi vaste et complexe
Commence dès lors l’instruction proprement dite : le Centre du Patrimoine mondial vérifie que le dossier est complet et le transmet au secrétariat de l’Icomos (conseil international des Monuments et des Sites) en mars 2006. La procédure d’évaluation de l’Icomos nécessite l’intervention de deux groupes d’experts choisis parmi les architectes, les urbanistes et les historiens les plus prestigieux et les plus reconnus dans leurs domaines. Le premier groupe se prononce sur la question de la valeur universelle exceptionnelle, tandis que le second étudie avec attention les moyens mis en œuvre par la Ville pour la gestion et la conservation d’un bien aussi vaste et complexe.

En novembre 2006, l’expert mandaté par l’Icomos effectue à Bordeaux une visite d’étude et d’évaluation, complétant ainsi sur le terrain l’expertise du dossier. Quelques remarques, portant notamment sur le périmètre de la zone d'attention patrimoniale (dite aussi zone tampon), sont prises en compte. La Ville propose rapidement des modifications, qui suivent la cartographie du Plan local d’urbanisme (PLU).
L'étape finale de la procédure consistait en une présentation de la candidature de Bordeaux par la France
A ce stade de l'instruction du dossier, le travail de la ville est terminé. Les rapports des experts ainsi que le dossier de proposition, préparé par l'Etat, sont adressés à l'Icomos en vue de plusieurs réunions de sa commission du Patrimoine mondial – section Française, au 1er trimestre 2007. Cette commission comprend 26 membres représentant toutes les régions du globe ainsi qu'une très large palette de compétences et d'expériences. A l'issue de son travail, cet organisme établit un rapport d'évaluation du dossier, pièce maîtresse examinée par le Comité du Patrimoine mondial lors de sa réunion annuelle.

L'étape finale de la procédure consiste en une présentation de la candidature de Bordeaux par la France devant le Comité du patrimoine mondial, durant sa réunion plénière qui se tient chaque année en juin dans un lieu différent. Le 28 juin 2007, c'est donc à Christchurch, en Nouvelle Zélande, que Bordeaux a fait son entrée sur la liste du Patrimoine mondial de l'humanité.
Poster un commentaire Remarque, complément d’information, suggestion... Laissez-nous un commentaire (non publié) pour nous aider à améliorer le contenu de cette page.
Souhaitez-vous obtenir une réponse ?