Biodéchets

Depuis le 1er janvier 2024, le tri des biodéchets est obligatoire pour les collectivités et les professionnels.
Au quotidien, les Bordelais peuvent accompagner ce tri grâce à de nombreuses recettes : composteurs individuels ou partagés, borne mobile, déchetteries, broyeurs... Nous faisons le point.

Les biodéchets, quésako ?

On distingue deux types de biodéchets :
  • les déchets alimentaires, ils comprennent les épluchures de fruits et de légumes, les restes de repas qui ne peuvent plus être cuisinés et les produits périmés non consommés, sans emballage.
  • les déchets verts, qui regroupent les tontes de pelouse et fauchage, les feuilles mortes, les tailles d'arbustes, les haies et brindilles ou encore les déchets ligneux issus de l'élagage et de l'abattage d'arbres et de haie.

Solutions de tri des biodéchets pour les Bordelais

Se procurer un composteur individuel 
Si vous possédez un jardin, des composteurs individuels d'une capacité de 400 litres sont proposés gratuitement. Pour cela, il suffit de s'inscrire à la prochaine distribution. Un justificatif de domicile correspondant à votre adresse d'inscription et une pièce d'identité vous seront demandés lors de la distribution.
› Distribution de composteurs : inscription
 
Rejoindre ou créer un site de composteurs partagés 
Vous n'avez pas d'espace vert ? Il est possible de rejoindre ou de créer un site de compostage partagé près de chez vous. 
› Je rejoins un site de compostage partagé
› Je crée un site de compostage partagé

Utiliser la borne mobile à déchets alimentaires 
Depuis décembre 2023, une borne mobile à déchets alimentaires se déplace dans le centre-ville de Bordeaux. Une solution gratuite et sans inscription : il suffit de venir avec vos déchets alimentaires en vrac.
Quel est son itinéraire ? La borne est présente :
  • lundi et jeudi, de midi à 14h, rue Paul Bert
  • mardi et vendredi, de 16h à 18h, square Jean Bureau
  • mercredi et samedi, de 18h à 20h, rue Arnaud Miqueu.
› Plus d'infos sur la borne mobile

Broyer vos déchets verts 
Des opérations de broyage gratuites, ouvertes à tous et sans inscription, sont organisées dans les centres de recyclages de la ville au printemps et à l'automne. Il suffit de venir avec les branches issues de la taille de vos haies, de vos arbres ou de vos arbustes.
Vos végétaux transformés en broyat serviront de paillage au pied de vos plantes ou encore à alimenter votre composteur.
Vous pouvez aussi choisir d'acheter un broyeur avec vos voisins. Bordeaux Métropole propose une aide à l'achat d'un broyeur partagé entre particuliers.
› Plus d'infos sur le broyage des végétaux des particuliers

Se déplacer à la déchetterie ou contacter Allô mairie proximité
Enfin, deux autres possibilités s'offrent à vous pour vos déchets verts :
  • vous pouvez opter pour l'une des 2 déchetteries de Bordeaux : rue Surcouf, au Nord, ou celle de la rive droite 45 quai Deschamps.
    Horaires des centres de recyclage
  • si vous n'avez pas de véhicule, vous pouvez contacter "Allô mairie proximité". Des agents de la ville viendront récupérer vos déchets verts, sur rendez-vous, dans la limite de 1m3.

Tél. : 05 56 10 33 33

Horaires :
Du lundi au vendredi de 8h à 16h30

Pourquoi trier ses biodéchets ?

Trier ses biodéchets c'est permettre de réduire son empreinte carbone. Le tassement des déchets provoque la fermentation des déchets alimentaires dans un milieu sans oxygène, cela va ainsi créer des conditions favorables à l'émission de méthane, un gaz à effet de serre bien plus puissant que le dioxyde de carbone (CO2).

Les biodéchets permettent la production de biogaz, une énergie renouvelable et verte qui va notamment servir pour produire de l'électricité et de la chaleur.

Enfin, les biodéchets transformés en composte servent d'engrais organiques et cela participe à la revitalisation des sols. En bref, le tri des biodéchets ne présente que des avantages !

Que dit la loi ?
L'évolution de la loi Anti-gaspillage pour une économie circulaire (AGEC) prévoit l'obligation de mettre en place des solutions de tri des biodéchets sur leur territoire ou au sein de leur structure pour les collectivités territoriales et les professionnels comme les restaurateurs, cafés, hôtels, boulangeries... (producteurs intermédiaires de 5 à 10 t/an).