Groupe Bordeaux en luttes - Février 2024

Contre cette société injuste et violente, notre programme c'est la révolte populaire

L'année a mal commencé. Nous voilà avec un nouveau gouvernement, bien marqué à droite, très anti-social et bien réactionnaire, composé de tricheurs et de voyous, un gouvernement clairement prêt à frapper les classes populaires. La loi immigration, xénophobe et raciste, votée en décembre illustre parfaitement le message du pouvoir : 2024 sera une année de combat de classe, pour continuer à nous faire payer leurs crises, pour nous soumettre.
Et niveau défense, nous savons que nous ne pourrons pas vraiment compter sur la "gauche", nationalement comme localement, comme à Bordeaux et son agglomération. Une "gauche" qui une fois installée au pouvoir, ne fait que continuer les vieilles politiques libérales, incapable de rupture politique, incapable de mettre en place des plans d'urgences sociales, qui s'adapte assez bien à un système qui pourtant ne produit que des inégalités sociales et des oppressions, une gauche qui ne défend plus des principes qu'elle a depuis longtemps laissés de côté.

Alors que nous reste-il ? Certes, il y a notre résignation ou sentiment d'impuissance. Mais il y a aussi et surtout notre profond ras le bol et notre colère qu'il est nécessaire d'organiser dans la période qui vient. Nous avons sacrément besoin de reconstruire les solidarités, la conscience de nos intérêts communs, de se retrouver pour défendre collectivement, pour s'occuper de nos vies, pour prendre nos affaires en main. Cela suppose que nous sortions de la résignation, que nous ayons la force de relever la tête.

Face aux crises du capitalisme, à l'arrogance et au cynisme des classes possédantes, à la violence répressive ou celle quotidienne de l'exploitation et des oppressions, l'issue c'est bien la résistance et les luttes des classes populaires. On s'en sortira parce que nous ne compterons que sur nous-mêmes, parce que nous arrêterons d'attendre des gens au pouvoir qui sont du côté des plus riches et des dominants, des gens qui ne cessent de nous balader ou de nous trahir.

Et nous avons de quoi reprendre confiance. Plusieurs évènements de l'année dernière peuvent redonner de l'espoir. Que ce soit la longue bataille des retraites, celles écologiques anti-bassines à Sainte Soline ou contre l'autoroute de Castres, celles féministes et LGBTI qui retrouvent une dynamique ou encore cette révolte de la jeunesse dans les quartiers populaires contre les discriminations, les racismes et l'absence d'avenir, tous ces mouvements montrent que la situation est devenue insupportable et que la colère s'exprime. C'est en bousculant, en se révoltant que les choses peuvent bouger. Il n'est pas question de se laisser faire. A notre tour d'être offensifs, pour nos droits, pour nos vies, pour ne plus subir.