ALERTE POLLUTION - 26/01/22 - 8h - L'ATMO Nouvelle-Aquitaine annonce une pollution atmosphérique aux particules en Gironde. La procédure d'alerte est donc déclenchée. La principale mesure est l'abaissement temporaire de 20 km/h des vitesses maximales autorisées sur les voiries non urbaines sans toutefois descendre au-dessous de 70 km/h.
En savoir plus

Groupe Bordeaux ensemble - Décembre 2021 / Janvier 2022

Alors qu'un quart du mandat s'est déjà écoulé, arrêtons de perdre du temps !

Depuis l'installation d'une nouvelle majorité à la Mairie de Bordeaux, un quart du mandat s'est écoulé. Pourtant, notre ville semble s'endormir, tant la municipalité tarde à prendre des initiatives structurantes. Or, le temps de l'action publique obéit à une règle telle que tous les projets qui ne seraient pas lancés dans les semaines à venir aboutiront avec difficulté avant la fin du mandat.

lors que le Maire avait déclaré l'état d'urgence climatique dès son premier jour de mandat, aucune politique majeure n'a été menée pour répondre à cette urgence. Nous avions initié, par le passé, l'implantation d'éoliennes urbaines ou de puits de carbone. Force est de constater que ces projets semblent avoir été abandonnés, tout comme le projet d'un centre de recyclage pour déchets de chantier à la Jallère. Ces initiatives relevaient pourtant d'une conjugaison doublement gagnante et pragmatique de l'innovation technologique avec l'impératif environnemental, mais il semble que la municipalité verte demeure prisonnière de sa vision dogmatique de l'écologie politique.

Sur le volet des mobilités, nous ne pouvons que regretter que la Ville et la Métropole ne s'expriment pas d'une seule et même voix alors que la congestion s'amplifie chaque jour un peu plus à Bordeaux ! Outre que la politique menée souffre d'un manque de lisibilité, elle se situe, en réalité, très en deçà des enjeux. Pour le Maire de Bordeaux, comme pour le Président de la Métropole, la politique de mobilité se résume avant tout au vélo. Rien n'est envisagé sur le volet fluvial. Le projet de rénovation des boulevards et des barrières est, quant à lui, laissé au point mort. Enfin, le schéma des mobilités présenté à la Métropole cet automne enterre, sous la pression des Verts, tout nouvel investissement en faveur du tramway.

L'action de la municipalité pourrait, in fine, se résumer à l'implantation d'arbres relevant d'une végétalisation plus cosmétique qu'orientée vers la lutte contre les îlots de chaleur, ainsi qu'à quelques coups de pinceau avec de la peinture jaune en guise d'urbanisme dit "tactique".

Nous regrettons, d'ailleurs, que ces quelques opérations, de même que l'extension du stationnement résident au secteur extra-boulevards, soient menées sans concertation, ni avec les habitants, ni avec les autres communes de la Métropole favorisant congestion et... pollution de l'air. Alors qu'un quart du mandat municipal s'est déjà écoulé, nous exhortons la majorité municipale : arrêtons de perdre du temps pour Bordeaux !