Groupe majorité municipale - Février 2024

"Une injustice faite à un seul est une menace faite à tous" (*)

Les élu(e)s de la majorité vous adressent leurs meilleurs voeux pour l'année 2024. Une année que nous espérons riche de solidarités et apaisée.

Les solidarités, dans un contexte de repli sur soi et de désordre géopolitique, demeurent au coeur de l'action municipale. Elles constituent une boussole, un cap sur lequel nous ne transigeons jamais. Le 30 novembre dernier se tenait la première cérémonie de remise des "Prix Bordeaux terre de Solidarités". Pierre Hurmic, a récompensé 28 initiatives locales qui combattent les inégalités sous toutes leurs formes : qu'elles soient sociales, économiques, démocratiques, liées à l'accès aux droits, à la culture ou à l'éducation.
A cette occasion, l'association Promofemmes a par exemple été récompensée pour ses actions permettant aux femmes issues de l'immigration de s'intégrer socialement et professionnellement en France.

La 3e nuit de la solidarité s'est tenue le 25 janvier dernier. Elle permet depuis 3 ans de connaître précisément le nombre de personnes sans-abri sur notre territoire, leurs profils et leurs besoins. Plus de 300 volontaires ont répondu présents aux côté des services de la Ville et de l'Etat pour nous aider à mettre la lumière sur les besoins croissants en matière d'hébergement d'urgence.
Enfin, une nouvelle permanence du Centre communal d'action sociale a ouvert dans le quartier des Aubiers, au plus proche des besoins des habitants. Cette permanence se concentre sur l'accès aux prestations sociales, un enjeu majeur face aux difficultés socioéconomiques qui impactent certaines populations qui vivent dans le nord de Bordeaux, éloignées des administrations.

Si notre majorité fait de la lutte contre les inégalités et la précarité une priorité, elle ne peut qu'être inquiète face à l'adoption de la loi "immigration". Le maire de Bordeaux s'est associé à d'autres collectivités et parlementaires pour déposer une contribution signalant dans cette loi les nombreuses atteintes à la Constitution.
A l'heure où nous écrivons ces lignes, le Conseil constitutionnel n'a pas encore rendu son avis sur la constitutionnalité de plusieurs dispositions du texte. Difficile pour l'instant de mesurer son impact sur notre territoire. Néanmoins, en pleine crise sociale, cette loi cible une partie de la population bordelaise déjà appauvrie et parfois en situation de grande précarité. Nous accueillons des personnes d'origine étrangère dans nos services publics, à nos guichets, tous les jours et de manière inconditionnelle. Pour nos collectivités, ces personnes ne sont pas juste des chiffres ou des statistiques. Nous entendons pouvoir continuer à faire vivre la devise "Liberté, Egalité, Fraternité" gravée sur nos édifices publics.

(*) Montesquieu - Cahiers (1716-1755)