Ouverture du tombeau présumé de Montaigne

Plus de 4 siècles après le décès du célèbre philosophe, sa dépouille est-elle encore au musée d'Aquitaine ? Lancement d'une fouille archéologique sur le tombeau présumé de Michel de Montaigne.

Sur les traces de Montaigne (vidéos)

Mise à jour : vendredi 22 novembre 2019 - 19h

Troisième et dernier épisode en vidéo sur les traces du grand philosophe.
Pas à pas, suivez les scientifiques au coeur du Musée d'Aquitaine à Bordeaux et découvrez les indices qui permettront de préciser l'identité du corps inhumé cette semaine.

Les questions

Fin 2018, des observations ont été effectuées dans le tombeau présumé de Michel de Montaigne, implanté dans les sous-sols du musée d'Aquitaine. Elles ont permis de constater la présence d'un cercueil en bois avec une plaque en cuivre doré portant l'inscription "Michel de Montaigne" ainsi qu'un crâne.

Si l'existence de ce tombeau est attestée depuis 1886, de nombreux doutes subsistent. En effet, les restes de Michel de Montaigne ont connu au fil des siècles d'importants déplacements, en raison des multiples évolutions architecturales qu'a connu le couvent des Feuillants, où Montaigne fut inhumé initialement, remplacé successivement par le Lycée de Bordeaux puis la Faculté des sciences et lettres (aujourd'hui, le musée d'Aquitaine).

Est-ce que le cercueil qui se trouve dans les sous-sols du musée d'Aquitaine abrite bien les restes de Michel de Montaigne ? À qui appartient le crâne placé dans la partie inférieure du tombeau ? Quelle est l'histoire de ce monument et des restes qu'il contient ?
Pour tenter de répondre à ces questions, il est apparu nécessaire d'entreprendre une fouille archéologique.

Une fouille archéologique programmée du 18 au 22 novembre 2019

Pour mener à bien les travaux, diverses pistes d'analyses et d'études sont lancées : recherches d'archives, fouille du tombeau, analyse des restes osseux, reconstitution 3D.

L'opération de fouille est pilotée par Hélène Réveillas, archéo-anthropologue au Centre Archéologie Préventive (CAP) de Bordeaux Métropole et rattachée au laboratoire PACEA (CNRS, Université de Bordeaux), accompagnée de trois  autres spécialistes : Juliette Masson (CAP et Ausonius, Université Bordeaux Montaigne), pour l'étude du bâti, Hubert Pradier pour les relevés topographiques (Géosat) et Loïc Espinasse pour les relevés 3D (Archéovision, Université Bordeaux Montaigne). Plusieurs chercheuses interviendront également ponctuellement : Christelle Belingard (Géolab, Université de Limoges), pour les analyses sur le bois de cercueil, et Marie-France Deguilloux (PACEA), paléogénéticienne qui effectuera les analyses ADN.

Les péripéties de la dépouille de Montaigne

  • 1592 : Michel de Montaigne décède en son château de Saint-Michel-de-Montaigne. 
  • 1593 : Son cercueil est installé dans la chapelle du couvent des Feuillants à Bordeaux, à l'emplacement de l'actuel musée d'Aquitaine. 
  • 1603 : Le cénotaphe et le cercueil de Montaigne sont installés dans l'église rénovée des Feuillants.
  • 1802 : Le couvent des Feuillants est remplacé par un lycée ; le cénotaphe et le cercueil sont alors installés dans la chapelle du lycée.
  • 1871 : La chapelle du lycée est incendiée. Les restes de Montaigne sont provisoirement transportés au dépositoire du cimetière de la Chartreuse à Bordeaux.
  • 1886 : Les restes sont une nouvelle fois déplacés dans la nouvelle faculté des sciences et lettres, dont on achève la construction à l'emplacement de l'ancien couvent des Feuillants. Le tombeau, réalisé par l'architecte Charles Durand pour le compte de la ville de Bordeaux, est alors placé presque à l'aplomb du cénotaphe, qui lui-même est installé dans le hall de la faculté.
    Depuis cette date, le tombeau n'a jamais été ouvert.

Voir aussi

Ces informations vous ont-elles été utiles ?
Remarque, complément d'information, suggestion... Laissez-nous un message pour améliorer le contenu de cette page.
Souhaitez-vous obtenir une réponse ?