ALERTE POLLUTION - 26/01/22 - 8h - L'ATMO Nouvelle-Aquitaine annonce une pollution atmosphérique aux particules en Gironde. La procédure d'alerte est donc déclenchée. La principale mesure est l'abaissement temporaire de 20 km/h des vitesses maximales autorisées sur les voiries non urbaines sans toutefois descendre au-dessous de 70 km/h.
En savoir plus

La flèche Saint-Michel

Mise à jour le 16 décembre

La flèche a fermé ses portes le 1er novembre 2021 pour un important chantier qui va durer cinq ans. Ces travaux sont devenus indispensables pour la préserver et la sauver.
Avant la construction prochaine d'un échafaudage monumental, un périmètre délimité par des barrières a été installé le 16 décembre 2021 au pied de l'édifice.
La flèche Saint-Michel
Culminant à plus de 114 mètres, la tour-clocher de Saint Michel place Meynard à Bordeaux est le troisième plus haut clocher de France. Monument historique fermé au public depuis novembre 2021, la flèche fragilisée va faire l'objet pendant trois ans d'une indispensable restauration, à partir du milieu d'année 2022 (coût évalué à 10,6 M€). Avant la construction prochaine d'un échafaudage monumental, un périmètre délimité par des barrières est installé au pied de l'édifice.

La flèche au fil du temps
Tremblement de terre et foudre fin 17e, ouragan fin 18e, tempête en 1999... La flèche a subi les affres de diverses catastrophes naturelles et des intempéries. Plusieurs fois abîmée et rénovée, elle est étroitement surveillée depuis une étude réalisée en 2009, qui a révélé des fissures importantes.

"Les failles au niveau de la partie basse se dilatent et se referment en fonction des cycles saisonniers, mais les fissures de la partie haute s'ouvrent de façon régulière et irrémédiable" explique Patrick Della-Libera, chargé du patrimoine monumental et mobilier à la direction générale des affaires culturelles de la ville de Bordeaux. 
"Les restaurations faites dans les années 1960 ont utilisé des matériaux de mauvaise qualité, notamment des joints en mortier de ciment qui se cassent, glissent dans les failles et empêchent celles-ci de se refermer…" déplore-t-il. Par ailleurs, la croix est tenue par des éléments en métal qui s'insèrent dans les maçonneries. Or, le métal s'oxyde et accélère le phénomène de fissuration. 
Fissures structurelles et pierres altérées
Le monument d'aujourd'hui est le résultat de la superposition de plusieurs ajouts et restaurations successives. De la crypte du 13e siècle, à la construction du 15e encore visible dans les maçonneries intérieures, c'est surtout la restauration au 19e qui a largement modifié son aspect, composé d'un rez-de-chaussée et de quatre niveaux de plan hexagonal jusqu'à la base de la flèche de plan dodécagonal. Plusieurs diagnostics et capteurs révèlent que la partie 19e est très abîmée : pierres altérées, accroche métallique de la croix sommitale fortement corrodée, fissures structurelles en parties basses et hautes, etc.

Des travaux de grande ampleur
La première phase du chantier sera dédiée à la mise en sécurité de la flèche sur sa partie la plus dégradée :
  • restauration des parements en partie haute permettant la restauration de la croix sommitale et de son ancrage.
  • nettoyage des parements, changement des pierres dégradées, enlèvement des joints ciment pour remplacement par un mortier de chaux ou de résine permettant au monument de « respirer » et de réagir de manière plus souple aux agressions du temps, notamment soleil et vent.
  • mise en conformité de l'installation du paratonnerre.
  • mise hors d'eau éventuelle des maçonneries, optimisation de la récupération des eaux pluviales.
Une deuxième phase permettra notamment d'améliorer la circulation du public dans le monument et de restaurer le célèbre carillon.
Un échafaudage géant
En préalable à la restauration, la construction d'un gigantesque échafaudage constituera la partie la plus visible des opérations. La hauteur d'intervention jusqu'au sommet de la flèche impose une installation "auto-stable" résistante au vent, sans transmission à l'édifice. Pour limiter l'importance de la structure, la moitié inférieure de la flèche sera dotée d'un support différent.
La masse globale des échafaudages sera d'environ 700 tonnes. Un large périmètre interdit au public isolera la base de la flèche pendant la durée du chantier. Une partie des marchés sera déplacée.

Mise en sécurité le 16 décembre 2021
Les constats réalisés in situ à l'occasion des dernières interventions de maintenance en octobre 2021, ainsi que les récents relevés enregistrés, ont montré les signes d'une évolution de la dégradation de la structure qui ont obligé à accélérer la mise en oeuvre du chantier et à avancer le calendrier prévu. C'est pourquoi, est installé un barriérage de sécurité d'un périmètre d'une vingtaine de mètres autour de la flèche. Cette première étape sera suivie de travaux de sécurisation du chantier avant l'installation effective des palissades de l'opération de restauration, à l'été 2022.