Cet été à Bordeaux : voyagez à domicile

Publié le 7 juillet 2024

L'été à Bordeaux, c'est l'opportunité de redécouvrir la ville et d'en profiter sous un nouveau jour ! Impossible à résumer à ses grands monuments, Bordeaux dispose d'une face cachée qui se dévoile aux promeneurs pour peu qu'on pousse certaines portes ou que l'on observe attentivement certaines façades. Rues médiévales originales, commerces de plus de 250 ans, coins de nature inattendus ou lieux de culture foisonnants, Bordeaux se révèle à vous cet été, toujours plus belle et insolite.
Tout au long de l'été, nous vous proposerons des idées de balades et des surprises imaginées pour tous les goûts et toutes les envies ! 

La culture en fête

Pour éveiller sa curiosité, de nombreux concerts, festivals et expositions sont au programme. Aperçu de quelques incontournables.

Au parc Rivière, le sculpteur local André Abram expose ses oeuvres monumentales en bronze du 12 juin au 22 septembre. Une première à Bordeaux pour cet artiste de renom.

Pour profiter des chaudes soirées bordelaises, le festival Relâche garde le rythme jusqu'au 30 août. Dès le mois de juin, il est possible de profiter de ses concerts organisés par l'association Allez les Filles à Bordeaux et dans l'agglomération.

Du 11 au 28 juillet, Dansons sur les quais réinvestit la rive gauche au niveau des Quinconces.

Un patrimoine déroutant

Quand on s'enfonce dans ses quartiers les plus anciens (Saint-Michel, Saint-Paul ou Saint-Pierre), Bordeaux peut vite vous mettre à l'abri du soleil et vous exposer son histoire dans le centre de Bordeaux.
Ses rues les plus étroites portent souvent le témoignage d'un très ancien tracé dont les noms ont évolué au grè des négociants qui y ont habité ou d'une appellation gasconne transformée. Si la rue du Muguet, l'impasse rue Maubec ou la rue du Soleil sont peut-être les plus exiguës, l'impasse de la rue Neuve possède certainement l'histoire la plus intrigante. C'est le long de cette voie proche de la Grosse Cloche que se trouve certainement la plus vieille demeure de Bordeaux, édifiée au 14e siècle. Au bout, y vivait Jeanne de Lartigue, épouse de Montesquieu.
Omniprésents sur les façades des immeubles du 18e siècle, plus de 3 000 mascarons présentent autant de visages énigmatiques, des dieux antiques ou des têtes d'animaux dont le sens premier s'est très souvent perdu. Les observer peut néanmoins donner un indice de l'identité et de l'activité des propriétaires de l'époque.
Enfin, pourquoi ne pas se balader le long des vestiges des murs d'enceinte ? Trois générations de remparts s'y côtoient (époque romaine, 13e et 14e siècles), dont les plus visibles datent du 14e siècle, quartier Sainte-Croix, aux Capucins, au niveau de la Grosse Cloche et de la Porte Cailhau, ou encore du Fort du Hâ. Des contours qui forgent un récit de l'expansion progressive de la ville.

Un patrimoine déroutant

Des coins de nature à dénicher

Si les grands classiques font toujours recette (Jardin public, Parc bordelais, quais rives gauche et droite), des coins de Bordeaux proposent une nature étonnante. 
Construit au 17e siècle, l'Hôtel de Ragueneau abritait les Archives municipales jusqu'en 2015. Sa glycine est l'une des plus impressionnantes. Elle y prospère avec appétit grâce au sol marécageux de Bordeaux depuis plus de 250 ans.
En plein coeur du quartier Saint-Pierre, le square Vinet présente une originalité au détour de la rue du Pas-Saint-Georges : un double mur végétal, l'un des plus longs de France au moment de sa conception. De quoi s'offrir un moment frais au milieu de ses déambulations. 
Certains arbres remarquables du Jardin public (cyprès des marais du Mexique) et du moins connu parc Rivière (cyprès chauve, dit "le Majestueux") valent le détour pour profiter d'une ombre propice et apaisante.

Rendez-vous chaque semaine tout au long de l'été

Vous découvrirez Bordeaux sous un autre angle à travers dix thématiques, à la semaine prochaine !